Érita : Équipe de Recherche Interdisciplinaire Triolet / Aragon

Colloque de Toulon, mars 2005

ARAGON et la Méditerranée

Compte rendu par INES AMMAR

dimanche 24 avril 2005, par H. B.

17, 18 et 19 mars Exposition Aragon ou l’écriture faite homme à la Médiathèque de La Garde Colloque Aragon et la Méditerranée - espaces, mémoire, poétiques à l’Université du Sud- TOULON

Jeudi 17 mars à 18 h : Inauguration de l’exposition « Aragon ou l’écriture faite homme » à la médiathèque de La Garde. Une exposition grand public, riche en informations.
Vendredi 18 mars matin : identités / altérités sous la présidence de Monique Léonard, directrice de Babel
L’ouverture du colloque à 9h en présence de l’invité d’honneur du colloque, Jean Ristat.
La communication de Daniel Bougnoux (Université Stendhal) a porté sur la problématique : Aragon Nord-Sud. Cette communication parait être un pendant, ou une continuité au colloque de Valenciennes (Aragon et le Nord). Le conférencier a attiré l’attention sur le statut emblématique de la mer, métaphore multiple : de l’amour, de la poésie, définition du style, sans oublier la mer - mère. (Importance des métaphores maritimes dans l’œuvre de Louis Aragon).
Œuvres qui ont servi d’appui :*La Défense de l’infini où le goût de l’infini n’est pas sans rapport avec le goût du large, du non limite du large (le goût des bains, au cap brun).* les aventures de Télémaque, univers peuplé de femmes sirènes, marins, sables mouvants...la mer comme univers de la tentation, de l’amertume. Interrogation subtile sur le coquillage : langage du moi en écho...* Les Yeux d’Elsa où est évoqué le séjour d’Aragon et d’Elsa à Nice pendant la Résistance. La mer est liée au sentiment de l’exil. Univers qui rejoint celui de Matisse. La mer devient un espace marquant la suspension entre être et ne pas être.*Théâtre/roman, on y retrouve le tennis de Cap brun et les premiers éléments qui ont servi à l’écriture du texte sur Max Ernest*Aurélien*le Roman inachevé (pays méditerranéens).
Maryse Vassevière (Université Paris III - Sorbonne nouvelle) s’est interrogée sur la figure de l’Italien dans les romans d’Aragon.*Dans Le mentir- vrai et Blanche ou l’oubli : présence d’une Italie perdue... (Italie, pays de la grand-mère d’Aragon).A cela s’ajoutent les figures des immigrants italiens, personnages italiens dans La Semaine sainte et les beaux quartiers...Interrogation intéressante sur l’onomastique dans les romans d’Aragon. Personnages italiens, figures doubles (Les Voyageurs de l’impériale). Des doubles qui présentent parfois des anomalies narratives faisant du roman un roman à hypothèses. Les personnages : éléments d’élaboration du matériau autobiographique.
Cécile Narjoux (Université de Bourgogne) dont l’intervention avait pour titre, le Sud comme « discours autre » dans La Mise à mort, s’est intéressée en particulier à l’étude minutieuse de « ce miroir de chypre » : brouillage des voix de l’île. Cette étude stylistique de la polyphonie aboutit à une rhétorique du flou, du brouillage dont résultent :
création d’un temps légendaire auquel s’ajoute une « fictionnalisation » historique.
Flou : légende/histoire/actualité correspondant au « trio » Antoine/Elsa/Alfred
Pluralité de l’esthétique romanesque ? esthétique composant un portrait oblique. autoportrait.
Yves Stalloni (Professeur de Première Supérieure à Toulon) s’est intéressé au Sud et à l’Italie dans le Roman inachevé tout en rappelant le genre autobiographique de ce recueil. Mais une autobiographie qui se joue de la précision et semble vouloir maintenir le flou à travers un constant brouillage référentiel ...le sud : espace de la détente, des vacances (déchirement entre le nord et le sud).l’Italie ; terre des ancêtres, terre « amère ». Mais proclamation d’une « fraternité culturelle ». Venise : espace de la tourmente et de la lumière.
Vendredi après-midi : habiter la voix de l’autre
Ahmed Ismaïli (Université de Meknès) : rhétorique comparée du Madjnûn et du Fou d’Elsa Etude comparée de la version que donne Ahmed Chawki de Madjnûn Leila et celle d’Aragon dans le Fou d’Elsa....établissement des similitudes concernant la métaphore et l’anaphore. Particularité stylistique d’Aragon : les néologismes, les rapprochements inattendus...
Moktar Belarbi (Université de Meknès) a traité les aspects du lyrisme arabe dans la poésie de Louis Aragon en rappelant des formes poétiques arabes, formes se trouvant dans la poésie d’Aragon (Fou d’Elsa) :
« el ghazel » ?????qui ne trouve pas une définition dans le lexique accompagnant le Fou d’Elsa
« el zadjal », ????? forme imitée par Aragon mais imitation qu’il refuse de reconnaître (POURQUOI)...forme non arbitraire
Autres « emprunts » aux lyriques arabes : les métaphores communes (soleil, aube ...) ; la désignation de la femme aimée ; la dimension mystique de l’amour.
Jean Arrouye (Université de Provence) : Aux rives de la solitude : la mer Méditerranée dans Les Voyageurs de l’impériale. Rapport de fuite. Rapport identique à celui qu’a Baudelaire avec la mer.
André Ughetto (Université du Sud) : Aragon traducteur de Pétrarque. Dans quelle mesure Pétrarque a-t-il inspiré Aragon ? L’intérêt des traductions d’Aragon est que même si elles se font sous le signe de la désinvolture elle ont l’avantage d’être des traductions modernisées.

Vendredi soir à 21h : lecture de poèmes d’Aragon par Daniel Mesguich, amphithéâtre Escarras, Faculté de Droit de Toulon. La lecture a été suivie du verre de l’amitié offert par le Moulin de Villeneuve - Maison Elsa Triolet Louis Aragon.

Samedi 19 mars matin : l’histoire, la poésie
Pere Sola (Université de Lleida) : la représentation de la guerre d’Espagne dans l’œuvre d’Aragon. L’Espagne comme miroir du malheur de l’autre, de la France. Pays évoqué avec un sentiment de culpabilité. Pour Aragon défendre l’Espagne revient à défendre la culture des menaces de la guerre. Le conférencier a attiré l’attention sur le développement du motif héroïque dans le Crève-cœur et l’influence du romancero dans la poétique aragonienne.
Edouard Béguin (professeur de Lettres à Grenoble) : Aragon et l’héritage de l’amour provençal : poésie, nation et politique. Hypothèse : le recours à l’héritage médiéval n’est pas une question d’idéologie. La politique se pense à partir du poétique et non l’inverse. Points traités :
poétique politique de l’écart : la poésie la plus efficace est la plus distanciée, la moins contemporaine
Arnaud Daniel : entrée dissimulant tout un mécanisme de l’écriture
L’histoire nationale comme fable « la vie est fable »
La raison des fables...
Suzanne Ravis (Université de Provence) : L’héritage méditerranéen : une construction poétique d’Aragon ?
Projection du film : Henri Matisse (projeté à Valenciennes : documentaire à partir du roman d’Aragon Henri Matisse, roman.)
Samedi après-midi : espaces poétiques
André-Alain Morello (Université du Sud) : La belle Provence et la hideuse province, Sériane et Manosque, Aragon et Giono.- Etude comparative de la perception qu’avaient les deux écrivains du sud. - Le rapport entre les deux écrivains.
Elodie Burle (Université de Provence) a intervenu sur Aragon et les lyriques méditerranéennes, en particulier dans le Fou d’Elsa pour montrer que l’influence de la littérature et de la civilisation arabes n’est pas unique. Influence des pratiques poétiques médiévales.
Le colloque a été clos avec l’intervention de Michel Costagutto, écrivain et comédien. Ce dernier a lu certains de ses textes « inspirés » par Aragon ainsi que des textes d’Aragon sur Toulon. Il a également évoqué les séjours d’Aragon à Toulon dans les dernières années de sa vie. Evocation mêlée d’émotion et d’humour.
17h30(fin du colloque)

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0