Site de l’ERITA

Leur premier poème d’Aragon...

Maher AL MUNAJJED

mercredi 25 avril 2007, par L. V.

L’amour d’Aragon

Je connais Aragon, écrivain et poète, depuis des longues années, mais au début c’était une connaissance qui ne dépassait pas la lecture passagère de loisir. Mon contact le plus profond a commencé il y a 14 ans avec une lecture analytique de son poème « Le yeux d’Elsa ». Là, j’ai compris autrement la grandeur et la sensibilité inégales d’Aragon amoureux. C’était donc sa poésie d’amour en particulier qui m’a attiré et m’a le plus touché.
Depuis, j’ai décidé d’approfondir ma lecture des œuvres d’Aragon, avec un regard de spécialiste plutôt que d’amateur. Je me suis orienté vers « Le Fou d’Elsa », œuvre somme dans laquelle l’écrivain était au sommet de son génie. Là, j’ai plongé dans le for intérieur d’Aragon, j’ai vécu avec lui, j’ai senti les palpitations de son cœur, sa passion, sa douleur, ses larmes...
Parmi mes découvertes sur Aragon, figure l’image d’Aragon mal-aimé. L’écrivain souffrait d’un très grand manque affectif. Son amour pour Elsa Triolet, sa femme réelle, largement chanté dans ses œuvres et si connu qu’il marque la vie affective de la littérature du XXe siècle, apparaît dans Le Fou d’Elsa extrêmement malheureux.
L’amour d’Aragon, incarné par l’Elsa-femme, s’avère incapable de répondre à ses attentes, à ses conceptions en matière d’amour et de relation amoureuse. La notion de l’amour chez Aragon est beaucoup plus subtile, plus sublime, plus grande que la réalité vécue avec son épouse bien-aimée, l’Elsa-femme. L’écrivain semble découvrir tardivement cette vérité déchirante, cette évolution triste, qui n’a jamais été exprimée aussi largement qu’elle ne l’est dans Le Fou d’Elsa.
L’amour célèbre entre Aragon et Elsa est devenu, comme le révèle Le Fou, synonyme de déception, de souffrance, de privation et de tristesse. Sur ces éléments vécus, le poète a tellement insisté dans Le Fou d’Elsa qu’il donne à cet amour une couleur de détresse. En conséquence, Aragon est allé chercher ailleurs pour assouvir sa soif d’un amour idéal et intense comme il le conçoit. Il recourt donc à son imagination créatrice, en s’inspirant de la philosophie mystique, pour créer une autre Elsa, idéale, divinisée, sublime et surtout une Elsa qui réponde à sa conception de l’amour et du couple.
C’est ici que j’ai trouvé la réponse au paradoxe frappant dans Le Fou Elsa entre la description d’un amour, profond, heureux, sublime, idéal d’une part et un amour déprimé, déçu, gorgé de tristesse et de souffrance d’autre part. Ces deux discours contrastés correspondent à deux réalités : la réalité vécue concrètement et la réalité imaginaire songée. La première est incarnée par l’Elsa réelle, l’épouse du poète, et la seconde représentée par Elsa-dieu, Elsa parfaite qui vient du monde de l’imagination pour compenser et aider à fuir le monde de la réalité, source de malheur. C’est une démarche que j’appelle : « système de dédoublement de la bien-aimée ».
Aragon crée Elsa-dieu tout d’abord dans le XVe siècle comme une bien-aimée idéale mais qui n’existe que dans l’imagination du Fou. Cette Elsa rêvée et divinisée constitue dans l’œuvre une étape intermédiaire pour arriver à l’Elsa du XXe. Dans ce système de dédoublement de la bien-aimée, Aragon a eu recours à une autre Elsa qu’il a créée parfaite comme Dieu « Je t’ai donné la place réservée à Dieu » pour répondre à l’insatisfaction, à l’absence, à la non réciprocité de l’amour et à la déception qu’il subit dans la réalité avec la première, sa compagne, qui le fuit et le fait souffrir. Il s’agit d’un seul être qui a engendré son double grâce à l’imagination créatrice de l’écrivain. Deux Elsa côte à côte, dans Le Fou d’Elsa, juxtaposées mais jamais conciliées. Cette seconde Elsa apparaît tout au long du Fou d’Elsa insaisissable, invisible et divinisée. Elle n’existe que dans l’imagination de l’auteur, elle n’a jamais existé dans la réalité grenadine vécue par le Fou. Celui-ci, l’auteur l’a mis à mort sans jamais le laisser conquérir sa bien-aimée.
Mais Aragon a-t-il vraiment pu satisfaire son amour par la grandeur de cette Elsa-dieu ? Celle-ci n’est jamais visible ou saisissable dans Le Fou d’Elsa ni à l’époque de Grenade ni au XXe siècle. Et d’ailleurs, qu’est-ce que le monde de l’imagination peut changer à la réalité vécue et qu’est-ce qu’il peut donner à l’auteur, sinon un bref moment de rêve qui fait oublier la douleur ? Or, n’est-ce pas ici la source de la création littéraire et le secret de l’art ?

Maher Al-Munajjed
Chercheur au Centre de Recherche en littérature comparée
Paris IV-Sorbonne