Site de l’ERITA
Accueil du site > 3. Recherches Croisées Aragon/Elsa Triolet > Recherches Croisées n°12 (2009) > Alain (Georges) Leduc, « Aragon. De fructueuses périphéries », (...)

Alain (Georges) Leduc, « Aragon. De fructueuses périphéries », Liberté-Hebdo, n° 892, du 8 au 14 janvier 2010

(à propos des Recherches croisées Aragon/Elsa Triolet n° 12)

lundi 22 mars 2010, par C. G.

Alain (Georges) Leduc, « Aragon. De fructueuses périphéries », paru dans Liberté-Hebdo, n° 892, du 8 au 14 janvier 2010, p. 21.

C’est sans état d’âme, sans a priori, sans nul sectarisme, qu’il convient aujourd’hui d’aborder l’œuvre d’Aragon et d’Elsa Triolet.
Plus d’un quart de siècle, en effet, s’est écoulé depuis la mort de l’auteur d’Aurélien ; près de quarante ans depuis le décès de celle qui fut son épouse.
Ce douzième numéro des Recherches croisées Aragon/Elsa Triolet, série publiée par l’ÉRITA [1], comporte, sous le titre « Actualités d’Aragon », les actes d’une journée d’études organisée par Maryse Vassevière à l’Université de Paris III. Le « Dossier Elsa Triolet », sous la houlette de Marianne Delranc-Gaudric, s’y intéresse au reportage singulier qu’Elsa Triolet réalisa du procès de Nuremberg et revient sur la réception polémique de son roman Les Manigances (1962) dans les rangs du Parti communiste. Un « Dossier Aragon », ensuite, réunit plusieurs contributions, toutes particulièrement judicieuses. Enfin, le « Dossier Georges Besson » revient sur l’amitié et la passion commune pour la peinture qui ont uni pendant quarante ans l’écrivain et le collectionneur (1882-1971), critique d’art et collaborateur aux Lettres françaises.
Actualités d’Aragon, donc, et toujours aussi vives. Des écrivains d’aujourd’hui, ses fils spirituels, témoignent ici du lien qui les unissait à l’homme et à l’œuvre. Les témoignages, parfois très critiques, de ceux qui ont rencontré Aragon au début de leur carrière, comme Bernard Vargaftig (né en 1934), Jacques Garelli (né en 1931) ou Marc Delouze (né en 1945), sont complétés par l’analyse de Philippe Forest, qui y fait l’éloge du sentimentalisme et d’une forme de féminisme aragoniens.
Si trois articles mettent en lumière une filiation assumée ou partiellement rejetée par des écrivains contemporains (Milan Kundera, Jacques Henric, Jacques Roubaud), Daniel Bougnoux, jouant sur les mots comme un bateleur, entortillonne des quilles, ici les complétudes du mot « fin » - finalités du roman : À quoi ça sert ; comment finir, achever, au contrario de l’incipit ; et les romans de la « fin », de l’extrême maturité et de la vieillesse. Parmi les romans dont Aragon se sera fendu (c’est Bougnoux qui utilise le terme, à dessein indiqué en italiques), romans contemporains de l’essor du Nouveau Roman, de cette « ère du soupçon » et de cette « linguisterie », selon le néologisme de Jacques Lacan, mais aussi, et surtout, pour Aragon, du naufrage consécutif au rapport Khrouchtchev (1956), à la déstalinisation et aux doutes vis-à-vis du marxisme, longtemps identifié par lui à une science exacte, voir « dure ». Aux romans de déconstruction, dès lors, type La Mise à mort et suivants, de relayer, voire de « raturer » (l’expression est de Bougnoux) les romans d’édification. Et de conclure (toujours Bougnoux) : « Quelle meilleure façon de suggérer que le romancier rachète ou rémunère (pour emprunter à Mallarmé ce verbe) les défauts du militant ? »
À Jacques Garelli de clore cette partie, en rendant grâce à Louis Aragon pour l’appui, alors tout jeune poète, en juin 1959, qu’il lui offrit.

*

Intitulé « La Valse des juges » : Elsa Triolet au procès de Nuremberg, une contribution met en situation un article publié sur deux semaines dans Les Lettres françaises, en juin 1946, autour de l’interrogatoire de Baldur von Schirach, chef de la jeunesse hitlérienne, puis Gauleiter de Vienne, auquel elle a assisté en Allemagne.
Riche, touffu, tel est ce numéro 12 des Recherches croisées, à ce point que c’est un crève-cœur de ne faire que citer, sans approfondir, les autres contributions. Il me faudrait plus de place.
Nous voici donc désormais abordant de fructueuses périphéries, et non ce qui pourrait apparaître comme des miettes. Un grand merci à l’ÉRITA de rendre tout cela possible, d’une démarche scientifique. Une équipe qui sans cesse permet de nouvelles approches des textes.
Des témoignages vont continuer à émerger.
Question de délai.

Alain (Georges) Leduc.

En savoir plus sur Les Recherches croisées Aragon/Elsa Triolet n°12

Notes

[1] Équipe de Recherche interdisciplinaire sur Elsa Triolet et Aragon. Presses Universitaires de Strasbourg, 2009, 288 p. 20 euros. Numéro coordonné par Corinne Grenouillet. Voir aussi www.louisaragon-elsatriolet.org

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0