Érita : Équipe de Recherche Interdisciplinaire Triolet / Aragon
Accueil du site > 8. Événements et parutions > 4. Expositions, inaugurations, télévision > Marie-Christine Mourier, « “À L à Elle”, des boucles de verre (...)

Marie-Christine Mourier, « “À L à Elle”, des boucles de verre pour dire Elsa Triolet », 2012

lundi 2 juillet 2012, par C. G.

En Sambre-Avesnois, à Feignies, une aventure assez extraordinaire autour de l’œuvre d’Elsa Triolet a trouvé son accomplissement le samedi 30 juin 2012.

Depuis de longues années, un atelier d’arts plastiques, particulier par son esprit, fonctionne dans cette ville du Nord autour de Daniel Lemaitte, diplômé de l’école des beaux-arts de Valenciennes. L’enseignant a réussi à fédérer année après année un groupe d’adultes qui a acquis des compétences plastiques fortes.

Quand la mairie a décidé de reconstruire l’école maternelle Elsa-Triolet le maire, Jean Jarosz, a proposé à Daniel Lemaitte et à l’atelier de réaliser l’œuvre d’art prévue dans le cadre des 1 %. Comme les artistes verriers Perrin/Perrin avaient formé les membres de l’atelier aux différentes techniques du verre, ces derniers ont accepté d’être les cotuteurs de l’aventure. Le choix s’est donc porté sur le verre comme médium.

Le travail a commencé par la présentation de la personne Elsa Triolet et la lecture de son œuvre, toute son œuvre. Cela a permis de sortir des idées toutes faites et de voir la complexité de l’œuvre et de la personne. Des débats nombreux ont dégagé différents thèmes. Des axes se précisaient mais restaient des propositions différentes car liées à chaque aventure de lecture. La difficulté de créer une œuvre commune tout en respectant la diversité de lectures a été dépassée par la proposition très poétique des Perrin/Perrin. Ces derniers ont synthétisé l’ensemble des réflexions par l’idée de boucles en verre serties dans du fer, de « e en boucles ». Des boucles comme le « e » d’Elsa, comme le « e » de l’enfant qui apprend à écrire, comme le « e » esquissant les visages des identités multiples. Chaque boucle pouvait ainsi dire le travail commun et abriter la lecture de chacun qui se lovait en son centre.

Les séries de boucles forment ainsi une écriture qui accueille les enfants dans le grand hall central telle la promesse de la construction de soi par l’écriture, la promesse de l’aventure de sa vie.

La boucle enroulant les « e » d’Elsa fait aussi écho à un enfant du pays, Henri Matisse, qui avait déjà ainsi joué avec les lettres d’Elsa et d’Aragon, « suivant un mot d’Henri Matisse, E, L, c’est Elle et Lui, E pour Elsa, L pour Louis » (« La Chambre d’Elsa », Elsa). Le titre de l’œuvre en est comme un écho proche, À l à Elle.

L’œuvre a été inaugurée le samedi 30 juin en présence du maire de Feignies, Jean Jarosz, d’Éric Lavallée, maire adjoint à la culture, de Éric Leduc, premier adjoint, de Cédric David, inspecteur de l’éducation nationale et des membres de l’atelier ainsi que, bien sûr, des Perrin/Perrin et de Daniel Lemaitte, et des membres de l’équipe enseignante. Les enfants ont en effet créé en parallèle un travail sur les boucles.

Le bâtiment, aux normes HQE, a été inauguré la même journée en présence de Patrick Kanner, président du conseil général et des architectes de l’agence valenciennoise In Situ.

Marie-Christine Mourier

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0