Érita : Équipe de Recherche Interdisciplinaire Triolet / Aragon
Accueil du site > 1. ÉRITA : qui sommes-nous ? > 2. Disparitions et hommages > Michel Apel-Muller, par Patricia Principalli, 2012

Michel Apel-Muller, par Patricia Principalli, 2012

dimanche 23 décembre 2012, par C. G.

Je me souviens…

d’une voix pénétrante, récitant Le Crève-Cœur, à de jeunes étudiants ignorants, dont j’étais

de la fascination que suscitaient ses commentaires des textes d’Aragon

de sa gravité pour évoquer, longuement, « Elsa »

des réunions le soir après les cours pour parler poésie, dans les cafés bisontins

des émissions de radio amateur de Besançon, où nous l’accompagnions

des jours où il nous disait « vous êtes une génération à laquelle on a confisqué l’Histoire », et où nous découvrions, comme Aragon dans « La nuit des arbrisseaux », l’existence des « autres »

de ses voyages chaque semaine à Paris pour être avec « Louis », jusqu’au 24 décembre final

de son injonction : « Lis La Semaine sainte, il faut que tu y travailles »

du 56 rue de Varenne dont je vis les murs avant leur effacement, où je l’aidais religieusement à ranger le courrier partout entassé

du Moulin avant que ce ne soit un musée, où les chats du gardien occupaient tous les fauteuils

de ses remarques animées sur les derniers articles de L’Humanité

de la longue bataille insensée et passionnément menée pour permettre à l’œuvre d’Aragon d’être reconnue par l’État et ses institutions, pour faire du Moulin ce qu’il est aujourd’hui

de ce long combat sans lequel la recherche aragonienne ne serait pas …

Patricia Principalli

Hommage à Michel Apel-Muller

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0