Site de l’ERITA
Accueil du site > 2. Colloques, conférences, séminaires > 2. Colloques, conférences, soutenances, séminaires de l’ITEM > Soutenance de thèse de Florian Mahot-Boudias sur « La Poésie insupportable, (...)

Soutenance de thèse de Florian Mahot-Boudias sur « La Poésie insupportable, Politiques de la littérature dans l’entre-deux-guerres européen », le 15 novembre 2013

lundi 28 octobre 2013, par C. G.

Florian Mahot-Boudias invite les personnes intéressées à assister à la soutenance de sa thèse, qui aura lieu le vendredi 15 novembre à 9h à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (salle des thèses B015, bâtiment B).

Le jury sera composé de Wolfgang Asholt (professeur honoraire de Littérature française, Université d’Osnabrück et Humboldt de Berlin), Emmanuel Bouju (professeur de Littérature générale et comparée, Université Rennes 2), William Marx (directeur et professeur de Littérature générale et comparée, Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Jean-Yves Masson (professeur de Littérature générale et comparée, Université Paris 4 – Sorbonne) et de Nathalie Piégay-Gros (professeur de Littérature française à l’université Paris 7 Diderot).

Le travail s’intitule « La Poésie insupportable, Politiques de la littérature dans l’entre-deux-guerres européen, autour de L. Aragon, W. H. Auden et B. Brecht  ».

Le jury sera composé de Wolfgang Asholt (professeur honoraire de Littérature française, Université d’Osnabrück et Humboldt de Berlin), Emmanuel Bouju (professeur de Littérature générale et comparée, Université Rennes 2), William Marx (directeur et professeur de Littérature générale et comparée, Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Jean-Yves Masson (professeur de Littérature générale et comparée, Université Paris 4 – Sorbonne) et de Nathalie Piégay-Gros (professeur de Littérature française à l’université Paris 7 Diderot).

Résumé en français

Se dégageant du point de vue spiritualiste et idéaliste caractérisant la critique poétique contemporaine, ce travail vise à remettre en question la conception d’une poésie par principe détachée de tout enjeu politique et prend en charge des textes en partie exclus du canon poétique. Centré sur la politisation des poésies françaises, anglaises et allemandes dans l’entre-deux-guerres européen, le projet est historique et dresse une vision globale mais analytique des liens entre la poésie et la politique d’un point de vue à la fois théorique et historique. Le corpus central réunit L. Aragon, W. H. Auden et Bertolt Brecht et s’étend ponctuellement à A. Breton, X. de Magallon, S. Spender, C. Day Lewis, T. S. Eliot, E. Pound, W. Lewis, G. Benn, V. Maïakovski, R. Alberti, etc. Les trois auteurs principaux permettent une aisance méthodologique et conduisent l’évocation des réseaux littéraires européens et de certains effets de réception. L’étude prend aussi en compte certains titres de presse et revues littéraires variés (La N.R.f., Commune, Eurydice, The Criterion, The Left Review, Die neue Rundschau, Das Wort, etc.). La première partie de l’étude dresse un tableau historique des incompatibilités entre le genre poétique et l’exercice de la politique dans l’entre-deux-guerres, autour des querelles sur la « propagande » et la « poésie pure ». Analytique, la deuxième étudie les stratégies de l’inscription historique et de l’action politique à l’œuvre dans l’écriture et la publication des textes. La troisième partie livre un questionnement théorique sur le lien entre les poètes politiques et le temps en étudiant d’abord leur rapport avec la poésie des siècles précédents puis leurs relations aux théories modernistes de l’autonomie et au programme politique des avant-gardes.

Abstract in english

Leaving behind the spiritualist and idealist method which is frequent in poetry criticism nowadays, this dissertation aims to challenge the model of an essentially non-political poetry. It adopts both a historical and theoretical approach and focuses on so-called minor poems or poems that were later on excluded from the literary canon. Focused on France, Britain and Germany between the two World Wars, it presents how poets became politicized and how they conceived of the links between poetry and politics between 1918 and 1939. The main corpus is composed of L. Aragon, W. H. Auden and Bertolt Brecht but also extends to A. Breton, X. de Magallon, S. Spender, C. Day Lewis, T. S. Eliot, E. Pound, W. Lewis, G. Benn and even V. Mayakovski and R. Alberti, etc. The three main authors should be considered as centres to explore the European literary networks and describe reception effects. The project also encompasses various newspapers, magazines and literary journals (La N.R.f., Commune, Eurydice, The Criterion, The Left Review, Die neue Rundschau, Das Wort, etc.). The first part of this research is historical and establishes how poets and critics quarrelled about the notions of “propaganda” and “pure poetry” over the period. The second part is analytical and delves into how poets evoke contemporary history and how they use writing and publishing strategies to make their poems more effective in the public space. The third part is more theoretical and depicts how poets conceived their own historicity, how they positioned themselves with respect to the poetry of the past, to contemporary modernist theories of artistic autonomy and to the political programmes of the Avant-Garde.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0