Érita : Équipe de Recherche Interdisciplinaire Triolet / Aragon
Accueil du site > 8. Événements et parutions > 1. Livres (annonces de parution) > [parution] Patricia Principalli, à propos de : André Rollin, (...)

[parution] Patricia Principalli, à propos de : André Rollin, L’Assassinat d’Elsa, Le Cherche-Midi, 2014

lundi 7 avril 2014, par C. G.

Une variante du Miroir de Venise ? « Aragon et son double »

Le Canard enchaîné du 2 avril 2014 publie page 6 un compte-rendu de lecture du roman L’Assassinat d’Elsa, d’André Rollin. Intitulé « Aragon et son double », et signé David Fontaine, l’article signale, comme les comptes-rendus antérieurs (voir ci-dessous) le jeu avec l’œuvre et la vie d’Aragon, dans un polar plutôt échevelé qui joue de la mise en abyme et du jeu de miroir, et dont le personnage principal est avant tout l’écriture, obsessionnelle et omniprésente.

A noter : le commentaire bien plus mitigé de Nicolas Mouton, qui définit le roman plutôt comme une « curiosité ». Voir la page Facebook de Nicolas Mouton

L’Assassinat d’Elsa d’André Rollin, Cherche Midi, janvier 2014, sur le site du Cherche-midi

Quatrième de couverture : « JE VAIS ÉCRIRE SUR ARAGON. CE SERA L’HISTOIRE D’UN MEURTRE : CELUI D’ELSA. » Aragon en a marre des yeux d’Elsa, le voilà pris d’une bouffée délirante, meurtrière. Pour se défouler, il veut écrire le roman du meurtre de son épouse - sous pseudonyme. L’Assassinat d’Elsa est d’abord un roman sur l’écriture. Un polar dont le mobile est l’écriture et le flic un écrivain - raté -, qui se venge en écrivant son journal (intime) parce qu’il ne parvient pas à terminer un roman. Où est le vrai ? Où est le faux ? Avec Aragon comme héros de roman, tout est possible !

André Rollin est critique littéraire au Canard enchaîné. Également romancier, il a récemment publié Quelle soirée (Gallimard, coll. « L’Infini ») et La Mémoire de l’iceberg (Sabine Wespieser éditeur). Critiques antérieures :

Josyane Savigneau, Le Monde du 9 janvier 2014 : « Le lecteur s’amuse, mais il découvre surtout un magnifique portrait d’Aragon et une invitation à le lire, peut-être en commençant par Blanche ou l’oubli (Gallimard, 1967), où l’on trouve cette phrase, qui résout toutes les énigmes : " Le roman, c’est le langage organisé pour moi. " »

« Aragon comme héros de roman », Matthys Francis, publié le lundi 06 janvier 2014, journal La Libre Belgique

« Le manuscrit meurtrier », Sandrine Guidon, lundi 20 janvier 2014, journal La Marseillaise

Fabrice del Dingo, publié le le 19 février 2014 dans La Une Livres, site La Cause littéraire

Sylvie Lansade, publié le 26 février 2014, site Encres vagabondes

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0