Site de l’ERITA
Accueil du site > 8. Événements > 4. Expositions, inaugurations, télévision > Emission de radio : Fiction « Aragon ou le vertige de l’aveuglement (...)

Emission de radio : Fiction « Aragon ou le vertige de l’aveuglement », Affaires sensibles, France Inter

samedi 23 juin 2018, par P. P.

Fiction « Aragon ou le vertige de l’aveuglement », 54 mn

Présentation sur le site de France Inter

Une fiction écrite par Léo Koesten et réalisée par Laurence Courtois. Aragon, poète paradoxal du XXè siècle, pour en parler, nous recevrons Pierre Juquin, qui a écrit deux volumes d’enquêtes magnifiques sur Aragon.

Louis Aragon (1897-1982) s’est lui-même beaucoup raconté, en prose et en vers. Il n’a cessé d’appliquer le principe du "mentir vrai" à sa vie si riche déjà de tant d’énigmes et de paradoxes : enfant illégitime à qui le secret de ses origines fut longtemps caché ; antimilitariste décoré de la Grande Guerre puis médaillé de la Résistance.

Le poète qui fonde le Surréalisme avec André Breton et Philippe Soupault, et qui devient militant discipliné du parti communiste, puis journaliste, directeur du quotidien Ce Soir ou de l’hebdomadaire Les Lettres françaises !

Homme à femmes comme on dit, métamorphosé en chantre de l’amour conjugal après sa rencontre avec Elsa Triolet, l’amour de sa vie… avant de découvrir sur le tard le goût des garçons...

Aragon, lequel faut-il choisir ? Lequel retenir ?

L’auteur des Communistes et de La Semaine sainte, du Paysan de Paris, des Yeux d’Elsa, des Voyageurs de l’Impériale, d’Aurélien bien sûr ou encore de La mise à mort et de Blanche ou L’oubli… ? Tant de titres, autant de chefs-d’œuvre !

Tous ces personnages différents n’en font qu’un seul dont l’itinéraire littéraire, intellectuel et politique transcrit le génie et le chaos du XX ème siècle.

Ce siècle qu’il porte comme Victor Hugo le XIXe, dans sa grandeur comme dans ses illusions tragiques de libération humaine, « Nous avons fait de grandes choses mais il y en eut d’épouvantables ».

Extrait du scénario

SCÈNE 3

INT. JOUR – Grande brasserie (La Coupole)

ELSA TRIOLET – PIERRE DAIX

Brouhaha traditionnel dans ce type d’endroit ; Elsa Triolet et Pierre Daix discutent dans un coin retiré de l’établissement. De temps à autre, ils boivent une gorgée de café.

ELSA TRIOLET

Merci, Pierre, d’avoir répondu à mon appel.

PIERRE DAIX

C’est bien volontiers.

Un temps.

N’est-ce pas ici, à « La Coupole » que Louis et toi vous êtes rencontrés ?

ELSA TRIOLET

Si, bien sûr. Un endroit chargé d’émotions.

Un temps.

C’est quoi, tout ce ramdam autour du portrait de Staline ? Sois synthétique et clair, Pierre, Aragochat ne m’en ayant dit que le strict minimum. Ce qui prouve qu’il ne va vraiment pas bien.

PIERRE DAIX

Je reprends les faits. Staline meurt le 5 mars. Louis demande à Pablo Picasso un portrait du grand homme, que nous publions une semaine plus tard à la « une » des « Lettres françaises ».

ELSA TRIOLET

Je l’ai vu, ce dessin. Magnifique. Pablo est notre ami, communiste et membre du parti de surcroît. Alors c’est quoi, tout ce bordel autour de son œuvre ?

PIERRE DAIX

Picasso a dessiné une sorte de Staline jeune, la chevelure en forme de couronne, le regard un peu vague. Ce n’est pas le Staline des photographies officielles et des affiches où il paraît plus âgé, plus carré, avec un visage souriant et bon.

ELSA TRIOLET

Et ?

PIERRE DAIX

Ni les militants ni les cadres du parti n’acceptent ce dessin, si peu « ressemblant », selon eux, à l’original.

ELSA TRIOLET, révoltée

Mais où est la liberté du créateur, je te le demande ? Un crime de lèse-majesté ?

PIERRE DAIX

On peut dire ça, oui. Le pire, ce sont les rumeurs …

ELSA TRIOLET

Des rumeurs ? Quelles rumeurs ?

PIERRE DAIX

Elles sont de deux natures. Les uns prétendent qu’Aragon et Picasso seront bientôt exclus du parti …

ELSA TRIOLET, l’interrompant

Picasso s’en foutrait. Mais pas Louis. Le PCF, c’est son guide, sa maîtresse, son gagne-pain, ne l’oublions pas. En l’excluant, on le tuerait.

Invité Pierre Juquin

Pierre Juquin a été le Condisciple à l’ENS d’Emmanuel Le Roy Ladurie. Il adhére très vite au Parti communiste français ; il a été député de l’Essonne, porte-parole du Parti avant d’entrer en dissidence et de le quitter en 87. Candidat aux Présidentielles de 88 sous l’étiquette PSU/LCR il a rejoint les Verts en 1991. Depuis 2010, il est le président de l’association les Amis du Rio, cinéma d’Arts et d’Essais à Clermont-Ferrand dont il est originaire. Pierre Juquin a écrit plusieurs livres dont cette magnifique enquête biographique intitulée Aragon, un destin français de 1897 à 1939 pour le premier tome et de 1939 à 1982 pour le second aux éditions la Martinière.

Dix années consacrées à la recherche et à l’enquête pour ses deux livres sur Aragon. 800 pages pour le premier volume, presque autant pour le second. Aucune hagiographie, et si nous sentons bien toute l’admiration qu’il porte au personnage, on comprend aussi en le lisant que Pierre Juquin ne cache rien, qu’il est prêt à ouvrir tous les dossiers ! Pourquoi ces deux tomes, pourquoi vouloir nous raconter ce paradoxe qu’est Aragon, que certains critiques donnent pour le plus grand écrivain du XX ieme siècle ? Pierre Juquin nous répond.

Le scénariste : Léo Koesten

Générique

Aragon ou le vertige de l’aveuglement de Léo Koesten

Avec :

Hervé FURIC : Louis Aragon

Nathalie VILLENEUVE : Elsa Triolet

Bertrand SUAREZ-PAZOS : Le poète

Thomas POUGET : Pierre Daix

Pauline JAMBET : La voix du commentaire

Bruitages : Sophie Bissantz

Prise de son, montage et mixage : Claire Levasseur, Antoine Viossat et Laurent Binder

Assistante à la réalisation : Barbara Heshmati

Réalisation : Laurence Courtois

Remerciements à Nicolas Majeun et Aurelien Ziade

Ressources

Jean Ristat Album Aragon. Collection Albums de la Pléiade (n° 36), Gallimard-1997

Philippe Forest Aragon. Collection NRF Biographies, Gallimard-2015

Daniel Bougnoux Aragon. La confusion des genres, Gallimard, "L’un et l’autre"

Œuvres romanesques complètes, Tome V, d’Aragon, Gallimard, "Bibliothèque de la Pléiade", dirigé par Daniel Bougnoux avec Philippe Forest

Programmation musicale :

Jean Férrat : La femme est l’avenir de l’homme

Bernard Lavilliers : Est-ce ainsi que les homme vivent

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0