Site de l’ERITA

appel à contributions : journée d’étude "Aragon et la chanson"

mardi 9 octobre 2018, par P. P.

Chanson populaire, pop et folk songs, tubes et zinzins : Journée d’étude Aragon et la chanson

Dans le cadre de son séminaire pluriannuel portant sur la place de la chanson dans le champ culturel et sur les rapports entre la chanson et les autres arts (littérature, cinéma, bande dessinée, opéra, etc.), l’axe LmM du CPTC, associé au centre TIL (Centre Interlangues – Texte Image Langage), souhaite consacrer une journée au cas particulier d’Aragon.

Les rapports d’Aragon avec la chanson sont connus, ne serait-ce que par la notoire mise en chanson de ses poèmes à partir des années 1950 à 1970 (Georges Brassens, puis Léo Ferré, Jean Ferrat, etc.). Nous souhaitons appliquer l’interrogation générale du séminaire « Chanson » sur les rapports de domination à l’intérieur du champ artistique, sur les échanges entre les différents arts au sein de ce champ et sur la dimension esthétique qu’on peut trouver dans les objets mineurs ou Majeurs, à ce poète particulier, qui fit entrer la chanson dans son écriture tout autant que la chanson le fit entrer dans son répertoire.

La confrontation de l’oeuvre d’un écrivain rapidement reconnu par l’institution littéraire scolaire et universitaire comme un « poète » officiel et d’un art mineur comme la chanson peut certes poser des questions sur le statut médiatique : certains poèmes ne sont-ils pas déjà des chansons ? Et s’ils le sont, de quel point de vue ? La mise en musique change-t-elle le statut de ces poèmes en leur donnant le statut mixte (texte/musique) de la véritable chanson ? Quel rôle le passage par la chanson joue-t-il dans la diffusion « populaire » de la poésie d’Aragon ? Quel rôle joue-t-il symboliquement pour la qualification de cette poésie comme art populaire ?

Inversement, nous interrogerons aussi sur l’utilisation de la chanson dans l’oeuvre d’Aragon. La référence à un corpus de chanson populaire travaille les poésies et les romans. Là encore, doit-on voir dans ces références une façon de se rapprocher d’un héritage d’écriture authentique, qui serait à relier à des pratiques artistiques associées à l’avant-garde ? Y aurait-il en ce cas comme un retour à l’idéal romantique d’une fusion entre la poésie et le chant populaire dans l’espoir de revenir vers une pratique ancrée dans la tradition nationale populaire ? Quel serait alors le rapport d’Aragon avec les premières manifestations de cet idéal dans les romantismes français et allemand qu’il connaissait bien ?

Enfin, nous pourrions aussi ouvrir ces questions dans la direction des expressions mass-médiatiques de la seconde partie du XXe siècle. Comment l’échange entre Aragon et la chanson s’inscrit-il dans l’éclosion de nouveaux champs artistiques, la chanson pop, notamment ? On s’intéressera en particulier à la confrontation entre Aragon et la nouvelle génération de chanteurs pop à partir des années 1960.

Cette liste de questionnements n’est qu’une proposition et n’est en aucun cas exhaustive. Les interventions, comprises entre 30 et 45 minutes, peuvent partir aussi bien d’un questionnement précis que d’un texte particulier.

La journée se tiendra le jeudi 14 février à l’Université de Dijon.

Contacts :

Hervé Bismuth herve.bismuth@u-bourgogne.fr

Henri Garric henri.garric@u-bourgogne.fr

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0