Site de l’ERITA
Accueil du site > 0. Le Roman inachevé au programme de l’ENS > Léon Robel. Quelques souvenirs, par Hélène Ravaisse

Léon Robel. Quelques souvenirs, par Hélène Ravaisse

samedi 7 mars 2020, par E. C.

Léon Robel. Quelques souvenirs.

Léon Robel nous a quittés, et sa disparition m’a profondément attristée, car je le connaissais depuis de longues années.

J’ai d’abord suivi à l’INALCO ses cours passionnants sur la poésie russe du XXe siècle, puis il m’a permis d’obtenir une bourse pour Leningrad, où j’ai préparé ma maîtrise. Il m’a mise en relation avec Efim Etkind, éminent professeur, spécialiste de la traduction. Léon Robel l’a beaucoup aidé quand il a été contraint de quitter l’URSS. C’étaient deux belles personnes.

De retour à Paris, j’ai commencé ma thèse, toujours dans le domaine de la poésie. Léon Robel était un directeur de recherche patient, bienveillant et attentif. Il relisait soigneusement notre travail, ses remarques étaient toutes justifiées. J’ai rencontré Simone, qui fréquentait également son séminaire, et nous sommes devenues amies.

Léon Robel animait le cercle Polivanov (Centre de poétique comparée), et nous pouvions entendre le vendredi différents intervenants, souvent très brillants.

Il me proposait régulièrement des traductions. C’est ainsi que j’ai été amenée à collaborer à la Correspondance d’Elsa Triolet et de Lili Brik. Ce travail de longue haleine une fois achevé, Simone et Léon Robel ont eu la gentillesse de réunir les membres de notre équipe, que cette expérience extrêmement enrichissante avait soudés. Et c’est ainsi que nous avions pris l’habitude de nous retrouver devant une table bien garnie. Léon Robel nous servait à cette occasion de la vodka parfumée aux baies de sorbier qu’il rapportait de son jardin de l’Yonne. Sans Simone, toujours présente à ses côtés, nous n’aurions pas pu vivre ces moments chaleureux et paisibles qui nous faisaient du bien.

Hélène Ravaisse

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0