Érita : Équipe de Recherche Interdisciplinaire Triolet / Aragon

"dénommer" les écoles Louis Aragon !

mercredi 24 mars 2021, par P. P.

"Dénommer" l’école primaire Louis Aragon de Clichy-la-Garenne !

Le conseil municipal de Clichy-la-Garenne (92), dont le maire, LR, est Rémi Muzeau, a mis à l’ordre du jour hier mardi 23 mars 2021 le changement de nom de l’école primaire Louis Aragon de la ville.

L’ERITA a envoyé la lettre suivante au conseil municipal.

Connaissez-vous l’écrivain Aragon ?

Jean d’Ormesson, fervent admirateur d’Aragon, le considérait comme un des géants de la littérature française, sans le moindre frein qui aurait pu provenir de leurs options politiques divergentes, et le comparait, pour le XXe siècle à ce qu’avait été Victor Hugo pour le XIXe siècle.

Comme Victor Hugo en effet Aragon a participé à l’histoire de son pays, et comme lui, il est un auteur prolifique, dont l’œuvre s’étend à tous les domaines littéraires, qu’il a marqués de son empreinte – roman, poésie, essai critique, journalisme culturel.

Ses poèmes de la Résistance en ont fait, au sortir de la seconde guerre mondiale, une sorte de poète national, reconnu et salué par le Général De Gaulle.

C’est un auteur que l’on peut qualifier de populaire, dans la mesure où la mise en chanson de ses poèmes par Léo Ferré ou Jean Ferrat (ou de bien d’autres chanteurs) ont conduit beaucoup d’entre nous à aimer et fredonner ses vers – qui n’a entendu ou chanté « Que serais-je sans toi ? » ou « Est-ce ainsi que les hommes vivent » ?

C’est aussi un écrivain reconnu dans le monde de l’édition : son œuvre fait l’objet d’une publication dans la Pléiade, avec deux tomes pour l’œuvre poétique, cinq tomes pour l’œuvre romanesque, un volume en cours d’écriture pour les essais ; et tout aussi reconnu dans le monde universitaire : Aragon est l’un des auteurs dont l’œuvre revient régulièrement dans les programmes de concours (Aurélien au programme d’agrégation en 1988-1989, Les Voyageurs de l’impériale au programme de l’agrégation en 2001-2002, Le Roman inachevé au programme des concours d’admission à l’Ecole Normale Supérieure en 2017).

C’est donc avec le plus grand étonnement que j’ai appris que le conseil municipal de Clichy envisageait de « dénommer » une école Aragon – alors même que certains de ses poèmes figurent parmi ceux qui sont le plus étudiés dans les collèges.

C’est pourquoi je m’adresse à vous, mesdames et messieurs les Conseillers municipaux, en tant que présidente de l’ERITA (Equipe de recherche interdisciplinaire travaillant sur Elsa Triolet et Louis Aragon), pour vous demander très instamment de ne pas débaptiser une école portant le nom d’un auteur devenu l’un de nos classiques. Songeons simplement à ceci : serait-il seulement envisageable que l’on débaptise une école Victor Hugo ?

C’est pourquoi, tous ceux qui pensent que la littérature et l’art jouent un rôle majeur dans l’éducation des citoyens, vous seront reconnaissants d’avoir conservé le nom de cette école, au nom de votre rôle de citoyens élus soucieux de préserver pour les écoliers une riche culture qui n’a que faire, a-t-on encore récemment entendu dire, du déboulonnage des statues, et qu’il est au contraire nécessaire de transmettre.

Patricia Principalli, Université de Montpellier, présidente de l’ERITA, le 22 mars 2021

L’Humanité a de son côté publié dans son édition du 23 mars "Ils n’ont pas honte ! Un coup de peinture sur Aragon"

Le changement de nom de l’école Aragon a été acté, elle se nommera école Claudie Haigneré.

Pour écouter le débat, regarder la video à partir de 3.49.20

Communiqué de la marie de Clichy le 25 mars suite aux multiples protestations

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0