Érita : Équipe de Recherche Interdisciplinaire Triolet / Aragon
Accueil du site > 10. Notes de lecture > Compte rendu par Hervé Bismuth de Alain Ruscio, Aragon & la question (...)

Compte rendu par Hervé Bismuth de Alain Ruscio, Aragon & la question coloniale. Itinéraire d’un anticolonialiste

Alain Ruscio, Aragon & la question coloniale. Itinéraire d’un anticolonialiste, préface de Pierre Juquin, éditions Manifeste !, octobre 2022, 202 pages, 12 euros.

samedi 8 octobre 2022, par H. B.

On sait comment l’entrée en communisme du jeune groupe surréaliste s’est produite à partir d’une guerre. Cette génération de jeunes gens envoyés à la guerre par leurs aînés en étaient revenue en l’enterrant tout simplement dans le fracas des chahuts dadaïstes et dans le silence des premières expériences surréalistes. On sait comment la guerre s’est rappelée à eux, peu de temps après les premiers manifestes surréalistes. Il se trouve que cette guerre était une guerre colonialiste, de ces guerres dont on ne parle pas parce qu’elles se passent sur un sol lointain, parce que les puissances coloniales ne les reconnaissent pas vraiment comme des guerres (il faudrait pour cela admettre que les belligérants d’en face forment une nation), parce que dans les conflits coloniaux les puissances coloniales sont très majoritairement soutenues par leurs ressortissants… Lorsque en 1925 la France entre à son tour dans la Guerre du Rif, le jeune parti communiste SFIC a été le seul parti politique français et les jeunes surréalistes le seul groupe littéraire et artistique en France à combattre cette guerre.

C’est à partir de cet événement fondateur tant dans l’évolution et les conflits à venir du groupe surréaliste français que dans le parcours politique et littéraire d’Aragon que l’historien Alain Ruscio tire le fil rouge de l’histoire des rapports entre Aragon et la question coloniale, une histoire dont on connaît surtout l’étonnante réponse littéraire patiemment composée en réponse à la Guerre d’Algérie, Le Fou d’Elsa (1963). Ce fil rouge commence évidemment par l’entrée d’Aragon dans le communisme, entrée dont Alain Ruscio rappelle comment elle n’allait pas de soi dans la culture du militant dadaïste qui était celle du jeune poète, malgré une tentative non aboutie d’entrer au parti accompagné d’André Breton au début de sa création. Cette entrée en communisme, officialisée par l’adhésion de 1927, résulte certes d’une rapide évolution idéologique entamée à partir de la Guerre du Rif, où l’anti-bellicisme et l’anti-patriotisme ont assez vite laissé la place à des positions plus construites, tant de sa part que de celle d’André Breton, au contact des communistes et du groupe Clarté, mouvement pacifiste animé par Henri Barbusse. L’ouvrage retrace la chronique documentée de ce combat commun entre les surréalistes et le parti communiste auquel participèrent le groupe Clarté et la CGTU, mais aussi des rapports difficiles qui s’établirent entre les militants d’un parti ouvriériste et les jeunes poètes.
Alain Ruscio recense méthodiquement les prises de position anticolonialistes que prendra dès le début des années 1930 le journaliste et militant communiste, et qui ponctuent l’histoire coloniale de la France au XXe siècle : mutinerie du Tonkin (1930), Exposition coloniale internationale de Paris-Vincennes (1931), agression italienne contre l’Éthiopie (1935), manifestations après la Libération en hommage aux soldats coloniaux tombés pour la France… Il rappelle également la façon dont le romancier inclut la réalité des guerres coloniales dans l’Histoire servant de fond aux romans du « Monde réel » (1934-1951) et plus tard dans Blanche ou l’oubli (1967). Aragon est encore aux premières loges à l’époque des guerres de la décolonisation (Indochine, Algérie). En tenant chronique de cette période, Alain Ruscio n’omet pas de rendre compte du conflit qui opposa en 1955 Aragon à cet autre poète communiste et militant anti-colonialiste que fut Aimé Césaire, un conflit dans lequel Aragon se retrouve lui-même en situation d’accusé de colonialisme culturel, et où se révèle l’ambiguïté de la notion de littérature « nationale », une notion qui fait abstraction de la mise sous tutelle des cultures et des littératures colonisées par la France. Un long passage est consacré à l’Algérie, aux prises de position politiques et en particulier journalistiques (dans France Nouvelle notamment), aux hommages littéraires à travers Les Lettres françaises d’auteurs comme Kateb Yacine, Mouloud Feraoun et surtout Mohamed Dib. Alain Ruscio rappelle que si l’Algérie est déjà présente dans quelques vers du poème « Paris vingt ans après » du Roman inachevé (1956), elle préside à l’écriture du Fou d’Elsa (1963), œuvre destinée à des lecteurs qui gardaient encore la mémoire vive d’une guerre qui venait juste de se terminer et qui mettra encore des années à s’appeler officiellement par son nom.

L’ouvrage, clair et pédagogique, est d’une lecture aisée pour un lecteur qui connaîtrait mal l’Histoire, en particulier celle du PCF et celle d’Aragon et des surréalistes, en même temps qu’il constitue un auxiliaire loin d’être négligeable pour le chercheur en quête de références. Sa lecture est facilitée par l’élargissement ponctuel de cette chronique des positions anti-coloniales d’Aragon à des épisodes annexes tant de la vie d’Aragon que de celle du PCF (mort d’Anatole France, portrait de Staline, soutien à Angela Davis, condamnation de l’invasion israélienne du Liban…), sans que cela dilue le propos. L’ouvrage est d’une lecture agréable et comporte une bibliographie récapitulative. La préface de Pierre Juquin rappelle également la réponse d’Aragon, à l’occasion du « discours de Moscou » tenu par Aragon à l’occasion de son « Prix Lénine » (avril 1958), au « discours de Stockholm » tenu par Albert Camus à l’occasion de son prix Nobel (octobre 1957). On regrettera que toutes les sources citées ne soient pas reprises dans cette bibliographie ainsi que l’absence de table des matières, façon de souhaiter une mise à jour très prochaine de ce petit livre nécessaire.

Hervé Bismuth

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0